en-USde-CHfr-FR
Chercher
Impressions

 

Oeuvres préalables

 

Le premier atelier 1976 - 1981

Au bord de notre ville j'ai trouvé mon premier atelier. J'ai choisi du bois et j'ai immédiatement commencé la construction de divers types de vielles à roue. J'ai été extrêmement curieux et je voulais comprendre toutes sortes de productions sonores. J’ai construites des rebecs, la tromba marina, des cromornes et finalement je n’ai pas arrêté même au régale (orgue d’anches).

Dans le même temps j’ai joué dans notre ensemble Renaissance « Öhrli-Musig » où nous avons pu essayer toutes les combinaisons de sons. J'ai aussi joué dans deux groupes « folk ». L’argent gagné par les concerts était essentiel pour la survie autant que les réparations j’ai fait aux violons et harmoniums.

  

Le deuxième domicile 1981 - 1986

A cause de plans des immeubles, j’ai perdu mon atelier. Heureusement j'ai trouvé un atelier vide directement vis-à-vis de mon appartement. Ici, les premières harpes sont nées : une harpe gotique qui avait manquée longtemps dans notre ensemble.

Le désir de continuer avec un modèle plus grand était tout à fait logique. J'ai cherché des harpes à crochets dans les musées, qui m’ont servis comme modèle. Pour gagner aussi des clients « modernes », j'ai développé mes propres leviers pour les demi-tons.

  

Dans la vieille ville 1987 - 2002

Une décision majeure était imminente : J'ai ouvert un magasin spécialisé dans les harpes dans la vieille ville de Schaffhouse. Là, j'ai également vendu des harpes du fabrication industriel, ainsi que des partitions, des cordes, des disques et CDs. J'ai commencé à faire des restaurations de harpes : des grandes harpes Erard à double mouvement et même quelques harpes à simple mouvement. Avec TRITONUS nous avons eu beaucoup de concerts (pas avec la harpe, mais avec vielle et cornemuse).

Mais j'ai eu de grands projets. Le rêve de faire une harpe à pédales du 18e siècle a été réveillé. En 1992 j’ai produit les premières harpes Louis Seize. C'était un projet énorme et j'ai donc décidé de fermer encore le magasin afin de gagner plus de temps pour mon travail. Au même temps j’ai fait beaucoup de restaurations. La collaboration avec des musées est devenue plus importante (par exemple mon assistance pour le catalogue de harpes du musée de Berlin).

  

L'atelier "In Gruben 24" dès 2003

Une fois de plus, un déménagement: J’ai trouvé un atelier lumineux dans un immeuble commercial au bord de notre ville. Je renonce à faire de la musique sur scène afin d'avoir plus de temps pour mes recherches et mon travail. Je peux construire de nombreuses harpes Louis Seize et je fais des nombreuses restaurations sur des harpes à simple mouvement. Pour moi il est une béatitude énorme à travailler pour les harpistes de grande célébrité et parfois je reçois un nouveau CD enregistré avec ma harpe.

Mes archives de harpe sont en constante augmentation et me servent bien pour les nombreuses expertises. Je pouvais déjà acheter quelques harpes anciennes. Alors maintenant, j'ai abordé la restauration de mon harpe de Hochbrucker.  Je suis rarement à trouver aux expositions, mais pourtant les WHCs à Prague et Genève étaient très importants pour moi.

  

Atelier et chambre de harpes, dès 2012

Encore une fois un (dernier?) déménagement, mais je reste dans la même maison. Après l'effondrement de l'Euro il est annoncé d’économiser les défraiements. Je déplace mon atelier dans mon dépôt spacieux dans le sous-sol et je peux intégrer le bureau et une chambre de harpes dans mon appartement.

 

  

Retraite – Transfère de mon savoir 2016

Après ma retraite en 2016 j'ai transféré mes connaissances à mes successeurs :

  • La construction de la Harpe Louis Seize sera continuée par Dario Pontiggia, Milan.
  • La construction de la Harpe Gotique et de la Harpe de Salon sera continuée par Peter Demmerle, Schaffhausen.     
  • La restauration des harpes anciennes sera continuée par Peter Demmerle, Schaffhausen et Christoph Mani, Guggisberg, Bern.

 

Dans les 40 années – engagé dans les instruments historiques – j'ai construit :

43 vielles à roue, 23 différents instruments à cordes (par ex. harpes éoliennes, rebec, cistre), 2 régales, 28 instruments à vent (cromornes, hautbois baroques) et en tout 60 harpes (inclues 18 harpes Louis-Seize). En outre j'ai restauré ou conservé 72 harpes originales.

Dans les premières 25 années j'ai joué environs 320 concerts avec des groupes différents. Ensuite j'ai arrêté mes activités musicales pour me dédier exclusivement aux harpes. J'ai tenu 30 conférences dans des exhibitions ou symposiums.

Par suite de la crise d'Euro j'ai donné la voix aux presque 20'000 flûtes à bec chez KÜNG dans ces dernières années.