en-USde-CHfr-FR
Chercher
La harpe de Jacob Hochbrucker

LA HARPE

 

Cette petite harpe à simple mouvement se présente très élégante et filigrane. La construction et aussi le design de la harpe sont d'une exécution extraordinaire ; on reconnaît l'œuvre d'un luthier génial. La harpe n'est pas signée par le luthier, mais il y a des inscrits (d'un horloger?) dans le mécanisme.
Hauteur 1395 mm ; 34 cordes G1 - e3 ; 7 pédales ; les tringles passent par la caisse.

 

LA PROVENANCE ET L'ATTRIBUTION

 

J'ai acheté la harpe d'une personne privée en 1992. J'ai gardé la harpe longtemps sans avoir aucune idée de l'identification.
En 1997 - avec l'aide de Mme Dr. D. Droysen-Reber - on a fait le rapprochement avec une harpe similaire à Vienne (Kunsthistorisches Museum), SAM 565, qui est signée "Hochbrucker, Donauwörth 1720".

 

JACOB HOCHBRUCKER

 

L'allemande Jacob Hochbrucker (1673-1763) de Donauwörth a construite la nouvelle invention de la harpe à pédales en 1699 comme un des premiers. Il a commencé avec cinq pédales (d'après Fétis, Biographie universelle...1839), mais en 1720 sa harpe à sept pédales est déjà bien connu. Deux musiciens de la famille Hochbrucker ont réussit comme compositeurs pour la harpe: Le fils de Jacob, Johann Baptist (> Six Sonates pour la harpe, dédié à De Rohan, 1762) et le neveu de Jacob, Pater Coelestin (> Six Sonates pour la harpe, dédié à De la Guiche, env. 1771).

 

Toutefois, l'invention de la harpe à pédales est revendiqué par plusieurs facteurs : J.P. Vetter à Nuremberg; Johann Hausen à Weimar; Goepffert (Gaeffre) et l'italien Petrini.

La restauration

L'ÉTAT AVANT LA RESTAURATION

La harpe est en très bon état ; il y a cinq cordes en boyau (d'une mesure moderne !!) montée dans la basse. Ainsi le chevalet est arraché de la table. Heureusement la table est restée intacte. A l'intérieur de la caisse on trouve quelques expérimentes pour changer le barrage.

LES TRAVAUX DE LA RESTAURATION

La table de résonance : La table sera détacher pour reconstruire la structure à l'intérieur qui était changée par un réparateur ancien. Après le barrage est complété en manière originale, il faut préparer l'assemblage avec une contre-moule qui correspond parfaitement avec le bord de la table. Elle sera pressée sur la coquille par l'aide de bandes élastiques et du cordeau.

Les pédales forgées de fer sont marquées I à VII et sont montées B - C - D - E - F - G - A sans croiser les tringles dans le corps sonore. Chaque pédale est fournie d'un ressort en laiton au bord de la coquille ; il permet d'accrocher la pédale. Le ressort se décroche à la pression de la pointe de la chaussure.

Les cordes : J'ai reconstruit un cordage en boyau qui devrait se rapprocher de l'original. Il a une tension totale de 1100 N au diapason de 415, accordé en mi b majeur (ou si b majeur). Les quatre cordes graves sont filées d'argent.

Le lieu actuel : La harpe était achetée en 2009 par le Musée de la Musique de Paris (E.2009.1.1). Elle est présentée dans l'exposition permanente et on peut l'écouter au " audioguide ".

» RESTORATION REPORT pdf (en Anglais)

» EXEMPLE AUDIO : Nanja Breedijk joue de : "Musicalische Rüstkammer auff der Harffe"  mp3

 

Hochbrucker: Photos

Harfe SAM 565.
Virtuelle Rekonstruktion